Why do I do that ?

J’ai découvert ce site un peu par hasard, et l’idée me plaisait pas mal, sans que j’ose pour autant me lancer. Et puis finalement, après quelques temps de réflexion, je me suis dit que mon histoire avec mon ancien amour avait peut être une chance de figurer ici, dans les belles histoires… Donc je me lance (pardonnez-moi si c’est long, j’ai tendance à me lâcher quand j’écris !).

J’ai rencontré A. lorsque j’étais en Première au lycée. Dès début septembre, j’ai tout de suite accroché avec ce garçon, qui n’était pas particulièrement mignon mais qui dégageait quelque chose de puissant, d’intrigant, une fragilité et autre chose qui ne me laissait pas indifférente. Mais à cette période là, j’étais très amoureuse d’un ex à moi, avec qui je flirtais régulièrement, notre relation étant surtout basée sur de « l’amitié câline ». Sont arrivés mes 16 ans, et avec eux l’envie de changer, de mûrir. Pas si évident lorsqu’on est sacrément accrochée à quelqu’un comme E., charmeur, charismatique et compagnie. Et puis un jour, ce 20 Novembre 2007, j’ai décidé de jouer avec le feu. C’était l’anniversaire d’A., je le savais et comme nous étions devenus proches, nous tournant autour en cours sans jamais rien tenter, je l’avais invité à fêter ça chez moi (c’était un mardi, mais jour de grève pour les profs !). Évidemment, la situation a joué en ma/notre faveur, puisque nous nous sommes retrouvés à nous embrasser tendrement dans ma chambre. Of course, il a bien tenté d’aller plus loin, mais je l’ai gentiment repoussé, et il a comprit. Le soir-même, je me disais qu’il n’était qu’un idiot qui ne pensait qu’au sexe et que cette journée n’avait pas compté. Et pour me donner raison, le lendemain, rien ne laissait deviner ce qu’il s’était passé. J’ai donc voulu abandonner.
Quelques jours plus tard, il est venu spontanément à moi, m’embrassant doucement, et je ne comprenais plus rien.
Aujourd’hui je souris à ce souvenir parce que nous étions vraiment deux jeunes complètement perdus dans quelque chose que nous ne connaissions pas et que l’on avait peur de découvrir. Nous avons beaucoup parlé, pour finalement nous mettre d’accord pour « sortir officiellement ensemble ». Les trois premiers mois ont passés, absolument magiques. J’étais dans une bulle de bonheur, j’avais fêté le jour de l’An dans sa famille, que j’avais tout de suite beaucoup aimée, nous avions fêté la St Valentin tous les deux dans une ambiance de rêve, fait l’amour pour la première fois… Le rêve. Mais avec le temps, j’en avais oublié mes amis, ma famille, je ne voyais plus qu’A., et personne d’autre. j’étais trop aveugle pour voir qu’il était jaloux et possessif, et que je perdais un à un mes amis les plus proches parce qu’il les éloignait de moi en voulant à tout prix me garder pour lui. Et aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est E. qui m’a ouvert les yeux, E. à qui je pensais toujours de temps en temps, mais qui lui me considérait comme une vraie amie qu’il ne voyait même plus 5 minutes pour discuter. Son coup de gueule m’a fait l’effet d’une claque, et j’ai réagi rapidement, allant jusqu’à rompre avec A. qui ne comprenait pas que je veuille être plus indépendante.

Nous nous sommes bien sûr remis ensemble très vite, avec sa promesse qu’il allait faire des efforts. Et effectivement… J’ai eu énormément de problèmes dans ma famille, divorce de mes parents, crise d’ado très violente pour ma sœur, ce qui m’a poussée un peu plus vers la famille d’A., qui était très très présente pour moi. Je passais plusieurs jours par semaine chez eux, gênée d’être un poids pour eux mais heureuse qu’il me considère comme un membre à part entière de la famille, avec le temps… Car oui, je suis restée 2 ans et 11 mois avec A. Je partais en vacances avec sa famille, lui avec la mienne, nous avions fait des tas de projets de boulots chacun, d’appart, de séjours à l’étranger, à Paris même. Tous les deux un peu artistes dans l’âme, moi avec mes stylos et lui avec son piano, j’écrivais des textes sur lui et il composait des chansons pour moi, de vrais petits bijoux à mes yeux parce que rares, mais sincères. Nous étions devenus un peu une référence chez nos amis, qui voyait en notre couple un vrai pilier indestructible, tant tout allait bien, malgré les jalousies de temps en temps, malgré les doutes et même malgré le fait qu’une poussière d’ange me tombe dans le ventre en août 2009. Nous avons traversé beaucoup de moments à deux, de très durs comme de très bons, toujours soudés, et plus amoureux que jamais. J’étais sa « plus belle des nanas, celle qu’on aime tant, et non de temps en temps » comme il me chantait quand je décrochais mon téléphone. Et puis, novembre 2010, il a envie de tenter une aventure télévisée tout seul, sans que je sois là pour le soutenir. Bon, pourquoi pas, après tout il est grand, il va avoir 19 ans, je ne suis pas sa mère non plus ! Le voilà qui part seul sur Montpellier, dormir chez un ami à nous qui l’hébergera. Refusé au casting, il m’appelle pour me faire part de sa déception mais bon, il rentre le lendemain matin et me retrouve l’après-midi chez lui pour me raconter tout en détails. Le soir-même, je me rends à une soirée avec des amis, durant laquelle je pense à lui évidement, mais où je réfléchis une fois de plus sur le fait que cela va faire 3 ans, que c’est beau mais que parfois le célibat me manque. Et à 1h du matin ,je reçois un « Je vais me coucher ma puce je suis crevé, on a bu un coup dans un bar je suis bien là ! On se retrouve demain chez moi mon amour, je t’aime trésor ! » rassurée, je lui réponds et file me coucher aussi. Mais le lendemain, 7 novembre 2010 8h30 pétante, un sms de lui, me demandant de le rejoindre en ville l’après midi, pour discuter. J’ai d’abord cru à une plaisanterie de sa part, mais au final non, non pas vraiment…
Voilà, nous étions à une semaine de fêter nos trois ans et ses 19 ans tous les deux à Paris, comme je voulais lui en faire la surprise. Mais il se trouve (et je l’ai su plus tard, par une amie à lui), que ce fameux soir, lui aussi s’était posé ces questions sur le célibat, et qu’il a embrassé une autre fille un peu pour se tester… Ce qui a été révélateur pour lui. Il a donc rompu.

Cela fait plus de cinq mois maintenant, et nous nous voyons parfois pour discuter autour d’un café. Il me manque énormément, bien que je ne l’ai jamais supplié de revenir ou quoi que ce soit, trop de fierté, mais aussi parce que je comprends au fond sa démarche, et son envie après presque 3 ans de relation de vouloir être seul, de connaître le célibat et ses soirées alcoolisées, ses histoires sans lendemain et tout le reste… Je lui en ai voulu terriblement de pouvoir faire connaître à d’autres filles sans importance une chose aussi belle que sa façon d’embrasser ou de faire l’amour, de charmer par ses paroles et tout le reste. Mais au final, je sais qu’il ne fait rien de tout ça avec tout l’amour qu’il est capable de donner, ce qui me rassurait un peu au départ.
J’ai eu une petite histoire entre temps, qui a duré un peu plus de deux mois, avec un garçon adorable, mais dont je n’aurais jamais pu tomber amoureuse, et dont je ne voulais pas qu’il soit un placebo. J’aime toujours profondément A. j’ignore si ça passera un jour, si il reviendra, comme il le dit lui-même, il n’en sait rien, il tient toujours énormément à moi, sans doute m’aimera-t-il toujours (il a écrit ceci dans un mail à une amie qui a tenu à me le copier) mais pour le moment il a envie d’être seul, de profiter de son célibat, il ne veut plus ressentir de sentiments, ne penser qu’à lui.
Ce que je comprends. Et que je commence à faire aussi. Bien que mes pensées et mon cœur soient toujours dirigés vers lui, j’essaie de prendre soin de moi, de rencontrer de nouvelles personnes, de reprendre confiance en moi… En ne gardant qu’un peu d’espoir.

Cette histoire pour moi ne s’est pas comptée en durée, bien qu’elle fut longue pour des ados, mais en sentiments, qui ont été les plus intenses que j’ai jamais connus encore. Son amour pour moi a été d’une pureté et d’une violence rares, magnifiques, terribles, sincères. Et je n’oublierai jamais cette période que j’estime être la plus belle de ma vie.

Commentaires (1)

  1. Me, le 24 avril 2012

    Et Bing, touchée…

Ecrire un commentaire





Tous les champs sont requis. Les commentaires sont modérés avant publication.
Les propos inappropriés ou injurieux seront effacés ainsi que toute forme de spam.