Quand le meilleur vire au cauchemar

Cette histoire je ne la souhaite vraiment à personne parce que ça laisse un goût plus qu’amer dans la bouche. J’ai passé certains détails parce que tout raconter aurait été beaucoup trop long.

Septembre 2008 : la fin d’un amour, le début d’un autre. Et pourtant, si c’était à refaire…
500 km nous séparaient, et pourtant je ne m’étais jamais sentie si proche de quelqu’un. On avait tout les deux énormément souffert par le passé, on se ressemblait. Du moins je le croyais.
5 novembre 2008, après des heures passés au téléphone, des semaines à s’envoyer des messages, je quitte tout. Je pars le rejoindre parce que je n’ai jamais été aussi sûre de moi. Du moins je le croyais.
Ce que je ne savais pas c’est que ce jour là, je laissais entrer dans ma vie un psychopathe, un mythomane violent.
Les deux premières semaines ont été comme un rêve et j’espérais sincèrement ne jamais me réveiller. Mais le réveil a bien eu lieu et il a été tellement brutal.
Il passait son temps avec son téléphone, découchait les nuits en trouvant des excuses bidons. Et puis un jour, il est parti en laissant son téléphone. Il s’est mis à sonner, j’ai décroché. Une voix féminine qui ne comprenait pas ce que je faisais avec le téléphone de son copain. Un premier coup de massue. J’ai décidé d’aller plus loin, j’ai regardé les messages et là, au moins quatre noms différents qui lui disaient des « je t’aime » et à qui il répondait qu’il n’avait qu’une hâte, c’était d’être dans leurs bras. Et ces nuits qu’il passait loin de moi, il les passait dans les bras d’une autre. Pendant que moi je gardais son fils de cinq ans dont il avait la garde.
Je suis partie, sans rien dire. Il n’a pas compris.
Il a pleuré et s’est excusé. Alors je suis revenue en me disant que ça changerait et même si il me disait que ce n’était pas vrai, il finirait par avouer. Ce fut la pire décision de toute ma vie.
Plus les semaines passaient, plus il me montrait son vrai visage. Il a fouillé mon passé et inventait des choses pour pouvoir m’insulter et m’humilier. Il a commencé à me rabaisser et puis à me frapper.
Je m’étais toujours dit que je ne ferais jamais partie de ces femmes là, que jamais personne ne lèverait la main sur moi parce que je partirais. Mais la peur s’est installée ; il a menacé de faire du mal à ma famille si je le quittais, il m’a brouillé avec toutes les personnes que je connaissais avant, il m’a totalement isolée en m’interdisant d’avoir un téléphone et en contrôlant mon courrier.
Quelques mois après, j’étais devenue une autre. Renfermée sur moi-même, je n’osais plus rien dire, je me contentais de subir.
Et la nouvelle est tombée. J’étais enceinte. Le plus merveilleux des bonheurs mais qui est vite devenue mon pire cauchemar. Il a essayé de me pousser à faire une fausse couche, me disait qu’il me ferait avorter de force, m’enfermait dehors en plein milieu de la nuit pour que je « crève de froid car un déchet mérite pas mieux » comme il disait.
J’ai tout de même réussi à mener ma grossesse à terme même s’il y a eu pas mal de complications, en me disant que ça irait mieux une fois que le bébé serait là.
Ça n’a pas été mieux, ça a empiré. Il avait un moyen de plus pour faire pression sur moi, et un de taille. J’ai réussi à contacter ma mère après une énième crise d’angoisse. J’avais peur pour moi, mais j’avais davantage peur pour ma fille.
Et quelques semaines plus tard, je me suis enfuie. J’ai tout laissé là-bas en ne prenant que le strict minimum. J’étais morte de peur mais j’ai réussi à partir,
Il a essayé d’enlever notre fille deux fois mais la police n’était jamais loin heureusement.
J’ai du avoir un suivi psychologique tellement j’étais brisée. Et c’est grâce aux gens qui m’ont entourés et épaulés que je m’en suis sortie aujourd’hui. Et surtout quand je regarde dans les yeux de ma fille, je me dis que j’avais la meilleure raison du monde de continuer à vivre.

Commentaires (1)

  1. halim, le 7 février 2012

    C’est une triste histoire, mais qui n’a rien à voir avec l’amour. Avec tout le respect que je vous doit Léticia vous avez aimé un obsédé et un sadique qui ne vous mérite pas, à mon avis, surtout après lui avoir donné une fille. Si je vous écris c’est parce que j’ai vécu moi même une histoire similaire avec une femme que j’ai été forcé de quitter et que je continuerai à aimer jusqu’à la fin de mes jours. En fait, avant de la rencontrer, j’étais marié à une autre avec qui j’ai fais trois enfants. Ce mariage de raison, comme on le qualifie chez nous, n’était pas fait d’amour des deux côtés, jusqu’au jour où j’avais fait la rencontre d’une superbe fille que je dépasse de 14 ans et là c’était la vraie passion et le grand amour que je n’avais jamais connu auparavant. Dieu seul sait que j’avais essayé de résister à cet amour sans y parvenir. Celle qui est devenue ma maîtresse, bien que je n’aime pas le mot, avait toute les qualités d’une femme et savait que j’étais marié. Au bout de trois ans de relation, j’avais fini par lâcher tellement les problèmes avec ma femme devenaient insupportables pour arriver au divorce et épouser quelques mois après la femme de ma vie avec qui je partageais un fort sentiment d’amour, car on avait beaucoup de choses en communs, au point ou même ma famille et la sienne étaient très favorable à notre union et à notre mariage. Ma vie avait complètement changé et avait enfin un sens, j’étais l’homme le plus heureux au monde et elle était la femme la plus heureuse au monde. Mais au fond de moi, je pensais toujours à mes enfants qui étaient trop attachés à moi et je n’ai jamais cessé de les voir en essayant de les consoler et de leur prouver que mon amour pour eux ne peut s’arrêter, mais ils étaient toujours tristes. Ne pouvant supporter cette situation, j’ai divorcé de la femme de ma vie et j’en souffre à ce jour, la vie n’a plus aucun sens pour moi à présent, je n’attends que la mort pour avoir fais souffrir mon seul et unique amour que j’ai quittée avec une énorme amertume et beaucoup de chagrin.

    Halim d’Algérie

Ecrire un commentaire





Tous les champs sont requis. Les commentaires sont modérés avant publication.
Les propos inappropriés ou injurieux seront effacés ainsi que toute forme de spam.