Ne pas payer de mine

31 décembre 2009, j’ai rien fêté ce jour là, je suis resté chez moi. J’ai regardé un documentaire sur Michael Jackson et c’est tout.
1 janvier 2010, un message provenant d’une fille qui je ne connaissais pas laissé en commentaire sur Facebook, en espagnol ! (je parle espagnol) genre : « tu joues quel style de musique ? ». Moi j’ai trouvé ça bizarre, je suis musicien mais je ne savais pas qui c’était, pas de contactes en commun, rien, j’ai remarqué qu’elle était mannequin mais je me méfie beaucoup des rencontres sur Internet. Je lui ai répondu en français d’une manière froide : « rock, jazz », tout court.
On se posait et on répondait à une question par jour pendant une semaine. Finalement, j’ai osé lui demander pour se voir dans un bar, elle a choisi le lieu. Je suis un peu rock, décontracté, cheveux longs… Je suis arrivé avec 10 minutes de retard.
La première impression que j’ai eu d’elle, c’était je ne sais pas mais elle a l’air d’être une fille un peu compliquée, sa façon de s’habiller, les talons… un peu BCBG. On a discuté toute la nuit. J’ai raté mon train pour rentrer chez moi, j’ai voulu l’accompagner pour qu’elle prenne le bus qui la ramenait à Montparnasse. Finalement on s’est quitté, je suis rentré chez moi, elle m’a envoyé un SMS et j’étais très content.
Deux jours après on s’est contacté pour se voir et aller visiter un musée. On a passé toute la journée ensemble. Le soir on est allé dans un bar. On a beaucoup parlé. Finalement, j’ai eu le courage de lui montrer mon intérêt. On s’est embrassé toute la nuit, ensuite elle m’a invité chez elle et on a fait l’amour.
Quelques jours plus tard, elle est devenue ma copine. On s’entendait très bien, on partageait tout.
Un jour, elle m’a dit qu’il y avait quelqu’un avant et qu’il fallait le prévenir. Je lui ai dit ok, dis-lui la vérité. J’ai découvert que c’était une relation qu’elle avait à distance avec un photographe, elle se cachait tout le temps pour parler avec lui. Elle m’a dit qu’il lui devait de l’argent suite à un contrat de mannequina. J’ai appris que le photographe était un colombien, bien connu là-bas et sur le continent, il venait souvent en Europe pour des contrats. Moi aussi je suis colombien. Je lui ai fait confiance.
Un jour, elle avait laissé sa messagerie ouverte et là j’ai vu qu’elle continuait à lui parler d’une manière très proche. J’ai appris que le mec venait en France, il lui disait : « …quand je serai à Paris on aura beaucoup de temps ensemble », des trucs comme ça. Ce jour là j’ai bien compris que c’était du foutage de gueule, le truc de l’argent c’était vrai, mais le mec n’était pas au courant qu’elle était en couple avec moi, donc je suis resté de sang froid et j’ai rien dit, je suis rentré chez moi. Notre vie en couple était géniale, c’est chez moi que j’ai commencé à réfléchir, on était en mars, un truc comme ça. Je lui ai envoyé un message privé sur Facebook : « Il faut qu’on parle ». J’étais prêt à la quitter. J’avais l’impression qu’elle était avec moi que pour la compagnie et pas par amour. En plus, elle me disait que ses ex gagnaient beaucoup de tune, genre chefs d’entreprise, bon le rêve pour une fille, moi je suis étudiant, galère de logement, budget limité, enfin ! la galère quoi. Ensuite elle m’a donné rendez-vous à l’hôtel de ville pour aller acheter des cadeaux pour l’anniversaire d’un de ses potes. Quand j’étais dans le train elle m’a appelé sur mon portable et m’a dit : « dis-moi, c’est quoi ce message sur Facebook, dis-le-moi, maintenant ! » et je lui dis : « c’est rien de grave, t’inquiètes. » Je suis arrivé au lieu du RDV et j’ai vu qu’elle faisait la tête, elle avait l’air blasée, triste. Je me suis dit qu’elle m’aimait peut-être, donc j’ai changé d’idée et je lui ai raconté n’importe quoi. Dans ma tête je me disais «  je vais lui donner une chance », j’étais froid dans notre relation, j’évitais de dire je t’aime et compagnie, mais elle m’a donné plus de gestes d’intérêt, elle m’a présenté ses parents, je suis allé chez eux. Comme ça elle a gagné ma confiance, et comme j’étais en galère de logement, elle m’a proposé de vivre avec elle en attendant que je trouve un appartement, là je me suis dit elle est là pour moi, c’est bien.

Comme on vivait ensemble on partageait tout, c’était génial, j’avais l’impression d’avoir trouvé la femme de ma vie, en plus elle parlait espagnol, on aimait les mêmes choses. Je l’accompagnais à son école, pas en cours, juste le trajet. Je faisais à manger pour elle, je la faisais rire, je lui faisais des massages, voilà, tout ce qu’aime une femme. Après, elle m’a annoncé qu’elle allait en Colombie faire un stage, et devinez quoi ? dans l’entreprise de son ex. Je me suis dit c’est pas possible. Elle voulait y aller avec moi, mais j’avais un stage à faire en Italie. J’ai tout laissé tomber, juste pour l’accompagner et aller fêter son anniversaire en Colombie. On a organisé le voyage et j’ai proposé une formule 4 jours en Espagne puis la Colombie. J’ai tout préparé.
Finalement ce jour est arrivé et on est parti en Espagne. Dès mon arrivé, dès que j’ai pris le métro, je me suis fait voler mes papiers, quelle galère ! plus d’argent, plus rien. Heureusement on était hébergé chez des amis de ma famille. On a pris pas mal de photos dans la ville.
A l’aéroport, l’hôtesse de la compagnie m’a dit que je venais de gagner un billet première classe, mais A. – ma copine – était jalouse, elle arrêtait pas de me dire « t’as de la chance, comment ça c’est fait ! Tu fais rien et puis tu gagnes ». Dans l’avion elle est venu me voir et je lui ai dit « je vais parler avec l’hôtesse de l’air » pour essayer d’obtenir une place pour elle, comme moi en première classe. Mais ce n’était pas possible. Après tout ça, elle est partie comme une petite fille, je l’ai accompagnée à son siège, elle était déçue et là je lui ai dit « tiens, va t’assoir à ma place », et elle est partie directe. Je m’attendait à un 50/50, moitié du vol elle, l’autre moitié moi, mais non, elle est restée seule, elle a fait tout le trajet : 10 heures de vol. A l’arrivée, elle est venu me voir et m’a dit : « j’ai profité à mort de cette classe : verres de vin, bouffe… Tu vas voir ce soir ce que je vais te faire ! ». Là, je me suis dit bah je m’attendais à un merci, je t’aime ou autre chose dans le genre mais ça : « tu vas voir ce soir ! ». D’accord, je me suis dit elle est pétillante.
Finalement on est arrivé chez mes parents à Bogotá, Colombie. Ils étaient ravis d’accueillir ma copine et aussi d’en apprendre un peu plus sur la France. Dès le début le mec – son ex – a tenté de venir nous chercher à l’aéroport, mais il n’a pas eu la chance de nous voir parce qu’on lui avait donné une date erronée, elle avait oublié de faire le décalage horaire. Le mec s’est retrouvé comme un loser à la sortie de l’aéroport. En plus, il pensait qu’elle venait toute seule !
Elle a rencontré mes parents mon frère et mes chiens. On a aussi un chat, elle adorait les chats. Elle me disait qu’il ne fallait pas m’inquiéter, qu’elle n’allait rien faire avec ce mec. Ma mère se méfie des gens, surtout avec les femmes.
Les premiers jours les choses étaient plutôt normales, les email de son ex n’étaient pas câlin, juste ambiance travail, un rapport de confiance et c’est tout, à mon avis. Le but de son stage était de faire une stratégie de marketing, un truc comme ça, dans les autres pays, comme c’était un studio de photo son ex voyageait beaucoup à cause de son travail.
Elle travaillait du lundi au vendredi, on se voyait uniquement le soir et le weekend. Le fait de partager le même toit avec mes parents pendant un séjour de 3 mois est devenu invivable pour moi. La vie sexuelle devenait difficile, tout ! Pareil pour le dialogue, partager le lit, enfin juste mon frère était au courant d’une telle situation. J’ai commencé à penser qu’elle me prenait pour un con, la situation pour moi était devenue difficile, en plus j’avais mis toutes mes économies pour être avec elle, j’ai commencé à avoir des soucis avec la banque, j’étais à découvert, je voulais pas demander de l’argent à mes parent alors j’ai demandé à A. Elle m’a dit oui, elle m’a prêté l’argent et ses parents m’ont versé 150 euros histoire d’éviter les frais. Je sais que l’argent corrompe les gens. La relation entre nous deux se détériorait de plus en plus, j ‘essayais d’être câlin, attentionné, mais rien. C’est à ce moment là que j’ai commencé à avoir des crises de jalousie, ça a commencé à détruire notre relation. Elle, ne dialoguait pas, mes parents me cassaient les pieds, tout ça m’a mis dans un état de dépression, ce n’était pas le bon voyage que j’attendais. On a fête son anniversaire avec ses potes du boulot, on l’a emmenée avec mes parents à un resto de viandes le jour d’après.
L’accompagner dans son voyage et l’aider c’était mon cadeau pour elle, j’ai refusé même que ses parents me paient un loyer, elle était hébergée à nos frais. Je lui ai offert une robe comme cadeau.

Finalement je devais rentrer en France pour préparer mon inscription, les rattrapages à la fac, A. est restée quelques jours de plus chez ma famille. Le jour d’avant mon retour, j’ai vidé mon sac, je lui ai tout dit. Je lui ai dit : « je ne sais pas si t’as choisi exprès de travailler avec ton ex sachant que ma mère t’avait proposé des stages ailleurs ». Elle disait que c’était du boulot, elle travaillait juste 4 heures le reste elle restait connecté sur Facebook, cherchait des conneries sur le net et le soir elle allait voir ses amis, puis rentrer le soir vers 17h au début après 18h, ensuite 20h , et le pire 22 à 23h, c’est quoi ça, elle donnait pas de nouvelles. Elle a le droit de voir ses amis mais moi je la voyais presque pas, elle avait complément oublié que j’étais venu avec elle. Mes parents on bien accueilli A., elle se limitait qu’à critiquer tout, elle me manifestait que chez toi il y a ça et tu fais ça, le chat fait ça, ça pue, ton frère je l’aime pas, ta mère parle beaucoup, etc, elle est où la gratitude, tout ce qu’on a fait, ça fait mal. Elle n’est pas venue me dire adieu à l’aéroport et elle n’a même pas téléphoné.

Je n’avais plus d’appartement à Paris, je devais en chercher un autre pour la rentrée. Je suis allé chez des amis. A. m’avait proposé d’aller chez ses parents mais je ne voulais pas. Elle allait surement me reprocher ça. Chez elle je ne pouvais pas, il y avait sa nouvelle colocataire donc impossible, j’étais en galère. J’avais un plan depuis la Colombie : prendre l’appartement d’une amie de la copine de mon frère, elle venait de quitter l’appart, j’ai pas réfléchi et je l’ai pris. Ensuite je devais refaire mes papiers volés en Espagne, étudier pour les rattrapages… et A. faisait ses trucs en Colombie. Quand j’ai pris mon appart je l’ai appelé pour lui annoncer la bonne nouvelle mais elle était occupée, elle m’évitait. J’ai entendu la voix d’un gars derrière, et elle a commencé à parler en français, elle me disait qu’il parlait français, et je lui disait qui ? et elle : le patron ! donc évidemment son ex, donc trop de mystère. Ça m’a énervé, je lui ai raccroché au nez !
Le jour d’après j’ai appris sur Facebook qu’elle avait démissionné de son stage, son patron selon elle était quelqu’un qui était en retard avec le paiement des salaires, il devait de l’argent à tout le monde. Le fait d’avoir raccroché au nez de A. avait déclenché tout la haine envers son patron, son ex copain, mais elle était aussi vénère envers moi. Elle m’a dit « celle-ci je ne te la pardonnerai pas ! » sur le chat de Google mail. Aïe, aïe, aïe, lors de son arrivée elle n’a pas voulu me voir, elle n’était pas motivée pour que je vienne la chercher à l’aéroport. Le jour d’après je suis allé la voir, j’ai acheté des fleurs, j’avais avec moi ma valise pour récupérer mes affaires vu que j’avais finalement trouvé un appart, mais ça tombait mal. Elle m’a dit salut d’une façon froide, j’existais plus pour elle, elle m’a annoncé « il faut se quitter ! » Là, pour moi, c’était la fin du monde, trop de galères, j’avais envie de crever dans ce moment là. J’ai pris un max d’affaires et je suis parti. C’était la premier fois que je pleurais pour une femme. Elle m’a juste dit bonne chance. Je me sentais ridicule avec les fleurs, en plus je me sentais utilisé : fin de l’été, fin du couple, on dirait qu’elle avait tout planifié avant les vacances.
Tout ça s’est fini le 16 septembre 2010 à 15h30, heure du rendez-vous.
Je l’ai croisée une fois dans une soirée et on s’est pas parlé, ça m’a fait trop du mal. Elle me déteste maintenant, j’ai refusé son amitié, je suis pas en chien comme on dit, je suis pas le 2ème choix de quelqu’un qui fait ce genre de choses. Ses amis me disaient de ne pas lui faire de mal, mais c’est elle qui m’a fait du mal, c’est curieux, je ne sais pas si elle m’a trompé pendant mon absence, mais c’est pas le but, ce qui me fait mal c’est l’abus de confiance. Je lui ai présenté ma famille, mon passé, tout !
Les photos et les portraits dans les magazines en France et en Colombie ont gonflé son ego, à cause de ça elle ne trouvait plus d’intérêt à ce que je sois musicien, elle me rendait inférieur à elle, le plus triste c’est qu’elle m’a jamais dit merci, c’est sa maman qui l’a fait pour elle, c’est incroyable.
J’espère jamais la revoir, et les 150 euros je lui enverrai par virement bancaire, je suis pas un voleur, et comme elle me disait les bonnes actions ont un retour positif dans le futur, ok ! mais elle a oublié que les négatives aussi. Elle n a pas considéré mon effort, c’est elle qui m’a proposé d’aller avec elle.

J’ai écrit cette histoire pour enterrer le mauvais souvenirs de 2010. Finalement, ce que m’a appris cette expérience c’est de ne plus faire confiance. Je la considérais comme une amie, ma complice et ma copine, mais du jour au lendemain elle est devenue mon ennemie. C’est pas moi qui ne l’aimais pas, c’est elle qui ne m’aimait pas, j’ai rien fait.
J’espère trouver une autre femme qui mérite mes sacrifices.

Merci pour la lecture !

Ecrire un commentaire





Tous les champs sont requis. Les commentaires sont modérés avant publication.
Les propos inappropriés ou injurieux seront effacés ainsi que toute forme de spam.